Blog de Madame Monnet - Collège Jeanne d'Arc de Pont de Beauvoisin - 38480 -
> > La perspective

La perspective

Vous avez dit "Perspective"?

Depuis la Renaissance italienne, les représentations occidentales sont structurées par un code technique permettant de fabriquer une image coîncidant avec celle que produit la vision naturelle. La mise en perspective est un des systèmes qui suggère l'espace trisimensionnel sur une surface plate. Connues vraisemblablement dans l'Antiquité, les règles de la perspective sont redécouvertes au Quattrocento (XVe siècle) en Italie grâce à des artistes savants comme Brunelleschi.

C'est l'italien Luca Paciolo qui en 1509 publie le premier traité sur la question: "De divina proportione".

La perspective linéaire est l'art de représenter par des lignes les objets tels qu'ils apparaissent vus à une certaine distance, dans une position donnée.

En superposant des calques à la photographie ci-dessus, nous pouvons réaliser des tracés qui permettent de déduire les principes suivants:

Les lignes parallèles dans la réalité sont concourantes en perspective, leur point de rencontre s'appelle le point de fuite.

Tous les points de fuite des lignes horizontales sont situés sur une même ligne : la ligne d'horizon. Elle correspond à la hauter des yeux de l'observateur, du photographe, du spectateur.

Les lignes verticales restent verticales et parallèles. Les horizontales frontales restent également, en perspective, horizontales et parallèles.

Les points équidistants sur une ligne non frontale semblent, en perspective, être de plus en plus rapprochés en s'éloignant de l'observateur. En outre la taille d'objets identiques semble diminuer.

Ces principes vont nous permettre de construire des volumes dans l'espace et créer ainsi la troisième dimesion, celle qui complète la largeur et la hauteur, c'est à dire la profondeur.

Plusieurs cas de figures pauvent se présenter et pour chacun, on utilisera un type de perspective bien particulier.

La perspective conique - Vue frontale.

Dans la vue frontale, il y a un seul point de fuite sur la ligne d'horizon. Il correspond à la position du dessinateur dans le cadre du dessin ... ce n'est pas forcément au milieu.

Si nous prenons un parallèlépipède , en vision frontale, il présentera un de ses côtés au dessinateur. Il est ainsi vu de front ou de face. Si sa section est carrée, nous dessinerons un carré, si elle est rectangulaire, nous dessinerons un rectangle.

Pour construire ce parallèlépipède en perspective, il faut mener des fuyantes au point P (point de fuite) par les quatre angles du carré ou du rectangle. Après avoir défini la profondeur souhaitée, il faut tracer entre les fuyantes, un carré (ou rectangle) semblable à celui du premier plan. Il est plus petit.

Il n'y a donc que trois sortes de traits: les horizontales, les verticales et les fuyantes au point P.

Piero delle Francesca 1480 "La cité idéale"

Carlo CRIVELLI 1486 L'Annonciation.

Perspective conique - vue sur l'angle.

Dans la perspective vue sur l'angle, le parallèpélipède présente une arête et non une face au dessinateur. Les côtés du parallèlépipède sont des fuyantes vers la droite et vers la gauche. Les parallèles gauches vont se rejoindre vers la ligne d'horizon HH' au point F et les parallèles droites vont se rejoindre toujours sur la lignes HH' au point F90.

Pourquoi F et F90? F et F90 sont les points de fuite d'un angle droit 90°.

Pour construire un parallèlépipède en perspective veu sur l'angle, il nous faut tout d'abord tracer l'arête. Elle se matérialise par un trait vertical. Des deux extrémités de l'arête, il faut construire des fuyantes à F et F90. Déterminons la profondeur soit par choix, soit par observation, en traçant une arête verticale entre les deux fuyantes de droite et de gauche. De ces deux nouvelles arêtes, construire des fuyantes en F et F90. Il se trouve que ces arêtes sont déjà sur un tracé de fuyantes. Il ne reste qu'à tracer la fuyante qui manque.

Il est souhaitable, bien que pas toulours nécessaire de tracer également le fuyantes que nous ne voyons pas dans certains cas. Celles qui sont placées derrière. Ne serait-ce que pour comprendre comment s'installe un parallèlépipède dans l'espace.

Les points de fuite peuvent se multiplier à l'infini parce que les volumes peuvent avoir des directions différentes.

Perspective axonométrique:

Les perspectives axonométriques sont des systèmes de représentation de l'espace qui montrent les objets tels que les verrait un observateur placé très loin (en théorie, à l'infini).

Les fuyantes sont parallèles. Ce sont des systèmes "passe-partout" très utilisés en architecture et en dessin mécanique et ... dans les arts d'Extrême Orient.

Ecole des Tosa - Scène de la vie Japonnaise. Van Doesburg - Van Eestreren - Projet de maison.

L'isométrie et la perspective cavalière:

L'isométrie et la perspective cavalière sont des perspectives axonométriques.

La perspective atmosphérique:

La perspective atmosphérique ou perspective aérienne concerne la transformation de la couleur d'un objet par son éloignement. La valeur d'un objet sera de plus en plus claire selon son éloignement de plus en plus important par rapport àl'observateur. Les couches successives d'atmosphère qui s'interposent entre les objets et l'oeil de l'observateur voilent progressivement la teinte locale des objets de plus en plus éloignés, les enveloppant d'un voilebleuté de plus en plus dense. Les lointains sont plus clairs et plus bleutés.

L'association de la perspective linéaire et de la perspective atmosphérique utilisées selon le seul souci technique, a conduit, dans son extrême conséquence, à la peinture en trompe l'oeil qui , dans certains cas, se révèle être seulement un exercice de virtuosité.

Mur des Canuts - Lyon MANTEGNA - "Palais ducal de Mantoue.

© 2015 - Collège Jeanne d'Arc